Purement et simplement,
Le meilleur Safran Au Monde

Pur Safran de l'Aquila

Le safran de l’Aquila «Zafferano dell'Aquila» est considéré comme le meilleur au monde, pour ses caractéristiques chimiques, physiques et organoleptiques mesurées sur la base d’une série de paramètres.

Ces paramètres déterminent avec exactitude les caractéristiques liées à la couleur, à la saveur et à l’arôme tout en garantissant le maintien de la pureté du produit.

Le safran de l’Aquila est en outre un des rares safran à bénéficier de tels instruments d’accréditation de la qualité qui permettent de tracer fidèlement le processus de production dans le but d’offrir un produit de la meilleure qualité qui soit et de protéger les intérêts de son appellation.

 37,90

Safran de l'Aquila

1 Gramme

Share

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Depuis plus de huit siècles c’est le nom de l’épice obtenue de la récolte et du séchage des pistils de la fleur Crocus Sativus dans la région de l’Aquila et en particulier dans la plaine de Navelli où ce safran, considéré le meilleur au monde, a élu domicile.

Le long de l’antique axe marqué par la voie romaine Via Claudia Nova puis par le grand sentier d’alpage de la transhumance entre les pâturages du Gran Sasso et du Tavoliere pugliese, se dresse l’extraordinaire village de Navelli qui, depuis des siècles, représente le safran de l’Aquila, une des variétés les plus recherchées au niveau mondial de cette épice très précieuse.

Originaire de l’Asie, la culture du safran s’est répandue en Europe et ensuite en Italie grâce à un moine dominicain de la famille Santucci de Navelli.

« Or rouge » des Abruzzes, le safran de L’Aquila a été commercialisé durant des siècles contribuant considérablement au succès de l’art culinaire abruzzain.

Grâce à l’élevage des ovins puis à la culture du safran, les villages de cette zone ont vécu des saisons prospères, comme en témoigne la magnificence des monuments qui nous sont parvenus.

Dans les Abruzzes, la culture du safran et la production de cette épice sont restées inchangées depuis près de six siècles. Il s’agit d’un héritage ancestral, fait de « bonnes pratiques » et de la transmission d’un savoir-faire et de valeurs extraordinaires.

Le Crocus sativus, dont la fleur produit le safran de l’Aquila, est cultivé depuis plus de huit siècles sur les terres fertiles de la plaine de Navelli, dans la province de l’Aquila dont l’altitude est comprise entre 700 et 900 mètres.

Les caractéristiques pédoclimatiques de cette zone confèrent sa spécificité au safran de l’Aquila qui est produit sur un territoire atypique et aux conditions climatiques limites compte tenu des caractéristiques biologiques de la plante.

Du fait de ces conditions climatiques, le territoire de l’Aquila fait partie du bioclimat méditerranéen tempéré, à la limite du climat humide.

La zone de production du safran de l’Aquila est située sur des terrains moyens, riches en humus argileux ayant une bonne capacité hydrique, et à forte teneur en sable, ce qui leur confère souplesse et aération.

Cette terre, riche en substances organiques, se caractérise par une bonne teneur en calcaire actif et en potassium et une faible teneur en phosphates.

Les caractéristiques chimiques et la souplesse du sol rendent le territoire particulièrement adapté à la culture du safran de l’Aquila qui se distingue nettement des autres types de safran.

Le safran de l’Aquila doit sa particularité non seulement aux facteurs pédoclimatiques de la zone de production mais aussi aux pratiques culturales séculaires qui ont été utilisées pour faire survivre le safran dans un milieu submontagneux et humide.

Au fil des siècles, des techniques de sélection des bulbes et des pratiques de culture (cycle annuel) ont été mises au point.

De très nombreuses sources historiques attestent, avec abondance de détails, que la culture du safran dans la province de l’Aquila remonte aux XIIIe et XIVe siècles. L’importance prise par la commercialisation du safran a conduit de nombreux commerçants, surtout du nord de l’Europe, à établir un comptoir permanent à l’Aquila, créant ainsi les prémisses d’une activité commerciale florissante et d’intenses échanges culturels qui favorisèrent l’évolution des rapports sociaux et politiques entre les populations locales et celles du centre et du nord de l’Europe.

Le développement économique et donc urbain de la ville de l’Aquila ont été étroitement liés à la disponibilité de ce produit qui a été élevé au rang de véritable valeur refuge au cours de certaines périodes historiques et qualifié «d’or vermeil».

Le safran de la zone de l’Aquila n’est pas seulement un produit unique d’un point de vue organoleptique, il renferme également le patrimoine historique et culturel de la zone considérée, toujours vivant et présent dans la gastronomie et dans les expressions idiomatiques ainsi que dans les manifestations folkloriques.

Eu égard au fait que la protection de l’appellation d’origine suppose la certitude de l’origine du produit, des procédures particulières ont été mises en place pour en assurer la traçabilité lors des différentes phases de la production.

Par conséquent, les producteurs du safran de l’Aquila et les parcelles cadastrales sur lesquelles il est cultivé, sont inscrits dans des registres spécifiques tenus par l’organisme de contrôle visé à l’article 10 du règlement (CEE) no 2081/92.

La technique de culture spécifique du safran de l’Aquila, qui se caractérise par son système de propagation, assure non seulement la survie de l’espèce mais distingue également la plante de variétés analogues cultivées dans d’autres zones, en Italie ou à l’étranger.

La récolte des fleurs est effectuée exclusivement à la main pour ne pas abîmer les pistils qu’elles contiennent.

La durée de la phase de torréfaction des stigmates, la plus importante de la production du safran de l’Aquila, est appréciée par la seule main experte de la personne chargée de cette opération, dont la technique se transmet de génération en génération.

De plus, la particularité biologique de cette plante qui ne se multiplie que par clonage (stérile triploïde), explique que la plante a conservé au fil du temps des caractéristiques intactes faute d’une évolution génétique liée à la reproduction sexuée.

Cette particularité fait du safran de l’Aquila un fossile vivant, dans la mesure où les caractères botaniques de la plante ainsi que les techniques culturales employées sont restées inchangées depuis plus de huit siècles.

Il s’ensuit que les plantes cultivées dans la province de l’Aquila représentent une population définie comme cultivar ou biotype.

Les petites modifications biologiques qui la distinguent des autres cultivars étant survenues exclusivement sous l’effet des conditions pédoclimatiques particulières de la zone.

Le système de culture du Crocus Sativus L, dont est issu le safran de l’Aquila, est fondé sur les pratiques culturales énumérées ci-après, dérivées directement des pratiques traditionnellement en usage dans la région.

Les opérations de préparation du sol prévoient le labourage à une profondeur de 30 cm, l’enfouissement de l’engrais organique et le nivellement de la surface, la préparation des plates-bandes et l’ouverture de deux à quatre sillons à 20-25 cm d’intervalle où sont déposées les nouvelles plantes.

L’apport de tout autre type de fertilisant pendant le cycle végétatif est interdit.

Les bulbes-tubercules récoltés dans la première moitié du mois d’août doivent être triés en ayant soin de sélectionner les tubercules les plus grands et exempts de parasites. Ils sont ensuite repiqués dans le nouveau terrain au cours de la seconde moitié du mois d’août, avec l’apex tourné vers le haut.

La floraison commence à la mi-octobre et dure environ vingt jours, jusqu’au début de novembre.

La rotation culturale est de cinq ans.

Dans chaque sillon les bulbes doivent être plantés en une rangée continue, la quantité des bulbes nécessaires oscillant entre 500 000-600 000 par ha, soit 7-10 t/ha. (C 93/24 FR Journal officiel de l’Union européenne 17.4.2004).

De simples soins culturaux de buttage et de bêchage sont à pratiquer après la période des semailles.

Le désherbage chimique n’est pas autorisé et l’irrigation permise que dans des cas de sécheresse exceptionnelle.

Les fleurs sont récoltées tôt le matin avant que le soleil ne les ouvre.

On procède ensuite à la défleuraison, c’est-à-dire que l’on enlève les pistils qui sont mis à sécher par une torréfaction légère. Avec la torréfaction les pistils perdent 5/6ième de leur poids: 600 grammes de pistils frais rapportent à peine 100 grammes de stigmates séchés.

Il y a donc dans un pot d’un gramme le produit de la récolte de deux cents fleurs.

Cette culture demande beaucoup de travail, avant, après et durant la récolte mais le jeu en vaut la chandelle car il s’agit d’une qualité exceptionnelle, au parfum et au goût uniques.

La fausse croyance selon laquelle le safran serait très cher est fondée si l’on calcule en valeur absolue (€/kg), mais pas si l’on tient compte des doses minimum nécessaires. Cette fausse croyance a transformé ce produit en une espèce de luxe injustifié, le faisant, disparaître des cuisines des consommateurs pour être remplacé par des colorants synthétiques dérivés du pétrole, dont on débat encore de la dangerosité pour l’homme, comme par exemple la tartrazine. De fait, certaines activités traditionnelles, comme la production artisanale de laine ou de coton, la production de tapis et de chapeaux, reprennent l’usage de cette épice pour la teinture des fibres, ce qui démontre que, même s’il s’agit d’un produit coûteux, son pouvoir colorant continue de le rendre intéressant, surtout comme alternative naturelle aux colorants synthétiques.

Nos prix sont des prix vrais et justes car ils correspondent avant tout à la qualité du safran que nous vous proposons, c’est-à-dire un safran aux caractéristiques organoleptiques exceptionnelles et uniques. Le prestige et le luxe habituellement associés au produit ne nous intéressent guère. Outre la qualité en soi du safran, les valeurs que nous souhaitons vous faire partager à travers notre pur safran, sont celles relatives à l’identité singulière de son territoire de production: les Abruzzes et au patrimoine historique et culturel qui lui est associé.

EXPÉDITION SOUS 24H
La préparation et l’expédition sont effectuées le jour même pour toute commande passée avant 12h et sous 24h au-delà. L’expédition sera effectuée sous 48h pour toute commande passée le week-end et les jours fériés.  

LIVRAISON STANDARD OFFERTE DÈS 79€ D’ACHAT
ABRUZZE® vous propose un mode de livraison rapide et sécurisé :

– Livraison Standard DPD (2 à 3 jours ouvrés) : offerte dès 79€ d’achat sur la boutique.

– Livraison Standard Colissimo (2 à 3 jours ouvrés) : offerte dès 79€ d’achat sur la boutique.

 37,90